Mission

 

En offrant une première opportunité de travail à des femmes réfugiées syriennes, nous contribuons à leur quête d’autonomie et à leur intégration à notre société en tant que membres actives de celle-ci.

Histoire

 

Face aux troublants obstacles sociaux, culturels et économiques que doit affronter tout réfugié à son arrivée au Canada, les Filles Fattoush fournit aux nouvelles arrivantes syriennes une opportunité d’intégration significative: un vrai travail mettant à profit leur talent culinaire, qui leur permet d’engendrer un revenu tout en établissant un réseau social. Cet emploi constitue non seulement un premier pas vers une dignité retrouvée, mais il permet également aux femmes de communiquer entre elles et avec leurs clients; il en résulte donc un réel bienfait mutuel.

Tous y donnent et tous y reçoivent, donc tous y gagnent. La diaspora globale des réfugiés menace de nombreux héritages culturels. Les Filles Fattoush répond de manière très positive au problème. Un travail collectif crée des liens, stimule l’estime de soi et profite non seulement aux femmes, mais également à leur famille et à la communauté. De nouvelles occasions se créent, par exemple, grâce au bouche à oreille, mais aussi par le biais des rencontres et discussions entre les femmes syriennes et les Canadiens : cela leur permet de faire découvrir des compétences autres que leur talent culinaire.

Parmi les premières Filles Fattoush on retrouve des entraîneuses sportives, des avocates, des journalistes, bref, des femmes issues de métiers et professions diverses. Le milieu de travail devient une occasion unique d’intégration à la vie d’ici. Il n’y a pas de remède universel. Les obstacles sociaux et économiques seront toujours présents, mais les Filles Fattoush est un projet positif et novateur qui aide à les surmonter.

Adelle Tarzibachi, Fondatrice

Originaire d’Alep, ville située dans le nord-ouest de la Syrie, Adelle Tarzibachi arrive au Québec en 2003. Guidé par le désir de tisser une relation durable entre cette néo-Canadienne et son pays d’origine, l’entrepreneure créé la compagnie ADECO IMPORT. Une entreprise spécialisée dans l’importation de produits d’artisanat Syrien réalisés par des artisans originaires des villes de Damas et d’Alep. ADECO IMPORT. est un projet humain et solidaire qui a pour but de contribuer à la préservation et la production d’une des facettes de l’inestimable patrimoine de la ville d’Alep : ses savons. En effet, l’objectif est de contribuer à la prospérité économique de la ville d’Alep – totalement détruite suite à la guerre civile – et soutenir solidairement son commerce en fournissant du travail et un revenu de manière durable à une vingtaine de famille qui vivent à Alep et ses environs. Tout est fabriqué à Alep. Non seulement les savons, mais aussi les boîtes, les étiquettes, etc… « Nous avons mis en place un atelier qui emploie 25 personnes. Et nous travaillons avec des maîtres savonniers aleppins ». mentionne Adelle Tarzibachi, fondatrice de l’entreprise. Force est de constater que la détermination d’Adelle de faire une différence dans la vie des gens de son pays est sans limite.

Josette Gauthier, Fondatrice

Josette Gauthier dirige la société Triplex Films, spécialisée dans la production de documentaires à caractère social. Elle compte parmi ses films Nature humaine, une minisérie de quatre heures sur les réactions humaines qui a remporté un franc succès; Journalistes en Irak, le douloureux récit (réalisé par le célèbre cinéaste iranien Maziar Bahari) de l’enlèvement de journalistes par Al-Quaida tourné en Irak durant la guerre; Stolen Babies, Stolen Lives, qui relate l’histoire déchirante de bébés volés en Argentine durant la guerre sale; GSP : l’ADN d’un champion, le magnifique long métrage documentaire sur le champion du monde de l’UFC Georges St-Pierre, présenté en salle au Canada en 2014. Plus récemment, son documentaire sur l’initiative sociale du grand chef italien Massimo Bottura Théâtre de la vie (2016 – coproduit avec l’Office national du film du Canada) a reçu plusieurs prix prestigieux à travers le monde.

Geneviève Comeau,

Chargée des communications

 

Après l’obtention d’un certificat en animation et recherches culturelles et d’un certificat en communications et production culturelle à l’UQAM, Geneviève se spécialise dans l’organisation d’événements. Elle fait ensuite son entrée chez Bob agence en 2009, où elle développe d’excellentes habiletés en gestion et en développement de partenariats. Créative, curieuse et ingénieuse, Geneviève accorde une grande importance à l’innovation et se passionne pour l’économie sociale, qu’elle considère comme l’économie du futur. Pour faire évoluer les projets qui lui tiennent à cœur, elle peut compter sur son grand réseau de contacts, mais aussi sur sa propre détermination à faire une différence au sein de la communauté.

Marie Létourneau,

Relationniste

 

Dotée d’une solide expérience en communications, Marie Létourneau oeuvre en relations publiques depuis plus de 10 ans. Auparavant, elle a occupé le poste de directrice des relations publiques de la Société des arts technologiques [SAT] et directrice des communications de l’agence de production MASSIVart. Ensuite, son parcours en agence lui a permis de devenir une spécialiste des médias en art de vivre, design, arts visuels, gastronomie, affaire et hôtellerie. Au fil des ans, Marie a réalisé des centaines de campagnes auprès d’une clientèle de qualité.